La culture tamoule – par David Annoussamy

Par défaut

david-annusamyDavid Annoussamy, La culture tamoule, Éditions Kailash, 11/12/2016

 

Les livres de David Annoussamy sont toujours agréables à la lecture et donnent le sentiment au lecteur d’avoir appris et compris beaucoup sur le sujet traité. C’est encore le cas avec La culture tamoule parue en décembre 2016 et qui devrait être très prochainement disponible en librairie.

jli17065180-1482582620-320x320

Le projet de l’auteur est à la fois simple et ambitieux : faire connaître le fait tamoul dans le monde d’aujourd’hui.

Partie intégrante de la culture indienne, la culture tamoule présente un particularisme très marqué, d’abord par son ancienneté, les joutes littéraires des Sangam existaient aux siècles précédant l’ère chrétienne, et ensuite par la vigueur de ses institutions, les différentes dynasties Chola, Pandya et Pallava qui, du nord au sud du golfe du Bengale et au-delà des mers, ont su installer leur autorité et marquer leur présence par la construction de monuments dont beaucoup sont maintenant classés au patrimoine mondial de l’Unesco.

 

L’auteur nous présente et nous explique le monde tamoul d’aujourd’hui dans tous ses aspects et d’abord dans ses relations avec le temps. Et le charme du livre opère immédiatement. Nous apprenons que le calendrier solaire est un peu en décalage avec celui que l’on connaît en Occident, mais surtout que toutes les heures de la journée n’ont pas la même valeur ni les mêmes qualités, certaines sont néfastes, d’autres fastes et qu’il importe donc de savoir à quel moment il convient d’entreprendre ou de faire des choses importantes, comme engager une affaire immobilière ou célébrer un mariage.

 

Entré dans le monde tamoul par le temps, nous continuons notre voyage en explorant la pensée religieuse et la vie religieuse que l’auteur distingue à juste raison. La journée est ponctuée de gestes rituels aussi bien à la maison qu’aux différents temples de la localité. Ces comportements sont purement personnels et ne sont pas imposés par une religion qui ne comporte ni dogmes ni de véritables commandements. Religion peu contraignante, mais très forte religiosité qui se manifeste dans toutes les relations, que ce soit avec les dieux, avec les membres de la famille ou dans les nombreuses fêtes collectives qui jalonnent les différents moments de l’année.

 

Ce sentiment religieux se double ou se prolonge de tout un ensemble de croyances qui touchent  à la superstition, aux astres, à la numérologie, aux horoscopes, aux présages et auxquels chacun attache plus ou moins d’importance mais qui suscitent des professions à part entière : tout projet de mariage donne lieu à l’examen des horoscopes des futurs époux par un homme de l’art.

 

L’exploration de la vie familiale et du système de castes complète cette introduction à la connaissance de l’être tamoul. Organisation de la famille et fonctionnement du système des castes subissent les contrecoups de la vie moderne mais sont encore suffisamment prégnants pour garder, sans doute pour de nombreuses années encore, leurs caractéristiques.

 

Il y a une  vie de société qui repose sur un ensemble de principes éthiques qu’une longue histoire littéraire a nourri, faite de bon sens et d’une profonde humanité, plus qu’humaine pourrait-on dire puisqu’elle s’étend à tout le monde vivant. Certains moralistes estiment que « le ventre du consommateur de viande est le cimetière des êtres vivants ! Celui qui élève des bêtes dans le but de les tuer et les mangers est un pécheur sans nom. C’est l’abus de confiance d’une suprême gravité ».

 

Religiosité, éthique, organisation familiale, contrats sont les éléments constitutifs des affaires que peut connaître la justice, qui doit leur trouver une solution équitable. Il est très intéressant de constater que les Tamouls n’ont jamais eu un corpus juridique sinon sous la période coloniale qui a voulu leur en donner un par une erreur totale d’appréciation de la situation. « Si les Tamouls n’ont pas donné une forme écrite à leur loi, ce n’est pas par incapacité mais par volonté délibérée … Une loi, dès qu’elle est écrite, tend à échapper au peuple. Un groupe de personnes spécialisées fait son apparition pour dire au peuple en quoi consiste la loi. ».

 

Pratiquement tous les aspects de la culture tamoule donnent lieu à analyse, de la médecine aux arts, à la littérature, à la musique, à la danse, au théâtre et au cinéma. Chaque chapitre est écrit de façon à être lu ou relu sans nécessairement revenir sur les sections antérieures.

 

D’où vient le plaisir que suscite la lecture de ce livre ? C’est l’auteur lui-même qui nous en donne l’explication en faisant l’éloge de la vertu de la parole dans son exposé sur les principes éthiques :

 

« Les moralistes accordent une grande importance à la parole. Ils prennent grand soin d’indiquer les règles du bon langage : tenir compte du lieu, de l’assistance, ne pas débiter trop vite, ne pas répéter, pas trop développer, s’abstenir de dire des faussetés, s’exprimer de façon concise. La meilleure façon de parler c’est de parler avec naturel sans jamais forcer son talent. Toute affectation produit de mauvais résultats ».

 

David Annoussamy applique à l’écrit ce que les moralistes recommandaient à l’orateur et participe ainsi à la culture tamoule qu’il connaît si bien et qu’il veut faire connaître à tout un public francophone qui vient et revient avec plaisir sur la côte Coromandel.

Pondichériens d’origine ou d’élection, avant le voyage périodique sur la Baie du Bengale et avant l’acquisition de tout autre guide, emportons, lisons et relisons ce livre : celui-ci nous ouvre vraiment les portes du monde tamoul que l’auteur aime tant et sait nous faire aimer.

 

Roland Bouchet, La Lettre du CIDIF janvier 2017.

 

Le monde indien : populations et espaces Les inégalités de genre en Inde(3) – Kamala MARIUS

Par défaut

(Kamala MARIUS, maitresse de Conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne, UMR LAM (CNRS/Sciences Po Bordeaux), et Institut Français de Pondichéry, UMIFRE 21 CNRS/MAEE)

Au-delà de la légitimation de l’enfermement des femmes depuis des siècles, l’inégalité des rapports de pouvoir se manifeste, dans sa forme la plus extrême, à travers la violence des rapports de genre.

Une étude sur la masculinité menée en 2011 dans plusieurs pays du monde  montre que c’est en Inde que la violence des hommes envers leurs partenaires est la plus courante. [9] Par ailleurs, 14 % des Indiens attestent avoir abusé sexuellement de leur partenaire ou de leur épouse durant l’année passée, tandis que 20 % auraient abusé sexuellement de leur partenaire ou de leur épouse au cours de leur vie. La violence conjugale est justifiée par 68 % des Indiens qui pensent qu’une femme « doit tolérer la violence physique dans le but de préserver l’équilibre familial » ; 65 % des Indiens sont d’accord avec le fait que « dans certains cas, une femme mérite d’être battue », alors que 37 % affirment avoir recours à la violence physique envers leur compagne, d’après les résultats de l’enquête. Pourtant, 92 % des hommes ont déjà entendu parler des lois sur les violences commises contre les femmes. L’enquête de l’IHDS confirmait déjà ces résultats à quelques nuances près, en précisant que le fait de sortir sans permission (39 %), de négliger les tâches ménagères (35 %), de ne pas bien faire la cuisine (29 %) étaient des raisons suffisantes pour que les femmes soient battues (fig. 10). On sait par ailleurs qu’en Inde, l’éducation, le fait de bénéficier de revenus élevés et de vivre en ville sont autant de facteurs limitant la violence conjugale.

Fig. 10 : Perception de la violence conjugale par les hommes indiens :
l’« acceptable » et ses bornes

10-violence-percue-hommes-inde

Un homme ayant au moins bénéficié d’une éducation secondaire a davantage tendance à concevoir les relations hommes-femmes de manière plus équitable, selon le rapport de 2011. Certains auteurs ont pourtant noté une prévalence de la violence domestique plus importante auprès des femmes ayant une activité génératrice de revenus, car les conjoints se sentiraient menacés par l’autonomie potentielle de ces femmes actives. [10]

Dans ce contexte d’inégalités cumulatives largement démontrées, il est utile de s’intéresser à l’impact de la croissance économique actuelle sur l’accès des femmes à l’emploi. Si cette croissance économique a eu des conséquences positives sur l’accès à l’emploi des femmes, ce n’est pas pour autant que les disparités liées au genre ont disparu.

5. Inégalités d’accès à l’emploi et informalisation du travail des femmes

Même si l’économie indienne a réalisé un rattrapage rapide au cours des deux dernières décennies avec une croissance moyenne de 7 à 8 %, elle n’a pas pour autant favorisé la croissance de l’activité des femmes.

Un tiers seulement des femmes en âge de travailler occupe un emploi en Inde, alors qu’en Chine par exemple, plus de deux tiers des femmes sont actives. Leur taux d’activité est plus élevé en zones rurales qu’en zones urbaines, et dans les États du Sud et du Nord-Est que dans ceux du Nord (OCDE, 2014). [11]

Contrairement aux autres pays émergents, le taux d’activité des femmes indiennes recule depuis dix ans, tandis que celui des hommes reste stable. Ce déclin depuis 2005 s’explique en grande partie par la chute de l’emploi indépendant non rémunéré des femmes dans le secteur agricole. Si le nombre de femmes d’âge actif a augmenté d’environ 99 millions, leurs emplois n’ont progressé que de 6 millions entre 2000 et 2012. Pendant la même période, le nombre d’emplois occupés par des hommes a progressé de 69 millions (Marius, 2013).

13-img_7352_dxo

Ainsi, en dépit d’une libéralisation économique amorcée dans les années 1980 et d’une stratégie de croissance qui auraient dû faciliter l’émergence du salariat industriel féminin, on assiste plutôt à une informalisation massive du travail des femmes, notamment à travers la sous-traitance de travaux d’artisanes à domicile (panier, broderie, objets d’artisanat, encens…) passant par de multiples intermédiaires. Afin de compléter les revenus familiaux, les femmes qui commencent à travailler de plus en plus jeunes se retrouvent dans des activités informelles sous-payées. On reprend ici la définition de l’OCDE (2009) qui définit bien la taille et l’évolution de l’emploi informel :

– emploi informel dans le secteur informel : travailleurs indépendants : travailleurs à leur compte, employeurs, travailleurs familiaux ; employeurs et employés rémunérés travaillant dans des micro-entreprises comprenant moins de cinq travailleurs ou employés.

– emploi informel dans le secteur formel : employés rémunérés dépourvus de protection sociale dans des entreprises comprenant cinq travailleurs (ou employés) ou plus ; travailleurs domestiques rémunérés dépourvus de protection sociale.

Ainsi dans le contexte de compétitivité internationale, les employeurs préfèrent installer leurs usines en zone rurale ou semi-urbaine afin d’optimiser les coûts de production et de bénéficier des économies d’échelle. Les femmes, dont le travail coûte généralement moins cher, et moins encore en milieu rural qu’en milieu urbain, sont très recherchées par les employeurs qui sont prêts à les former quelques jours. Leur préférence va aux femmes les plus jeunes et aux célibataires. Les femmes sont considérées comme adroites, dociles et disposées à accepter des bas salaires. En effet, leur faible niveau d’éducation et de qualification les incite à accepter des emplois précaires et peu rémunérateurs dans le secteur informel. Par ailleurs, les femmes préfèrent une certaine flexibilité d’emploi afin de pouvoir s’occuper de leur famille, d’où leur présence dans des secteurs faiblement concentrés et demandant peu de compétences. En effet, selon le NCEUS (2007), le niveau d’années d’études minimum requis pour travailler dans le secteur formel est au moins de 10 ans pour les femmes, tandis qu’il n’est que de 4 ans dans le secteur informel (K. Marius-Gnanou, 2013). En raison de la situation très précaire de ces travailleurs informels, le gouvernement a proposé en décembre 2008 un projet de loi leur permettant d’avoir accès à une sécurité sociale et à un salaire minimum, grâce à la mise en place d’une carte d’identité.

Au total, c’est moins d’une femme sur sept qui travaille dans le secteur organisé. Elles sont surreprésentées dans les emplois agricoles peu productifs, le secteur manufacturier traditionnel à petite échelle et dans les services tels que l’éducation et les emplois domestiques. En 2012, 60 % des femmes occupant un emploi salarié ou occasionnel percevaient moins que le salaire minimum, contre 25 % chez les hommes (OCDE, 2014, p.39).

La rigidité du marché du travail dans les secteurs secondaire et tertiaire est un facteur essentiel qui empêche les ouvrières agricoles d’occuper des emplois mieux rémunérés dans l’industrie à cause de l’obligation d’obtenir une autorisation pour licencier même un seul salarié dans les unités manufacturières de plus de 100 travailleurs. Comme l’a démontré une étude du FMI, le transfert de main-d’œuvre indienne depuis le secteur agricole vers l’industrie est le plus bas d’Asie.

Si on prend le critère le plus pertinent pour mesurer les inégalités de travail à savoir le nombre de jours de travail par an, on peut considérer que la participation des femmes au travail est bien moindre que celle des hommes avec des inégalités qui s’exacerbent avec l’âge, plus en milieu urbain qu’en milieu rural (fig.11).

11-tx-activite-genre-urbain-rural

Alors que le pourcentage de femmes travaillant en milieu rural a toujours été plus important qu’en milieu urbain, le nombre de jours travaillés en milieu urbain est plus élevé (180) qu’en milieu rural (106). Ceci s’explique sans doute par le fait que les femmes ont d’autres activités informelles et aléatoires liées à l’agriculture, l’élevage etc…qui relèvent de l’auto-emploi (fig. 12). En effet, sur les 127,3 millions de femmes actives recensées, 90 % d’entre elles travaillent dans le secteur informel qui inclut l’auto-emploi (self employment) et le travail occasionnel (casual labour). Il faut aussi évoquer le travail des enfants, et des petites filles en particulier, particulièrement répandu dans les campagnes où 9 % des filles de moins de 15 ans travaillent. Nombreuses aussi sont les études qui montrent que les tâches du ménage pauvre incombent dans une large mesure aux filles. Elles s’occupent des tout-petits, font la cuisine, nettoient, vont chercher et portent de l’eau et toutes sortes d’ustensiles… Les filles plus âgées vont aux champs avec leurs parents pour les aider à semer, replanter, sarcler, récolter, etc.

Cependant, en milieu urbain, d’après les données du NSSO analysées par Kundu (2009, 22), on note depuis les années 1980 une diminution de l’emploi occasionnel (casual labour) au profit de l’emploi salarié : en effet, le pourcentage d’emploi salarié est passé de 25,8 % en 1983 à 35,6 % en 2004-2005 (fig. 13). Cela s’explique par la mondialisation qui a impulsé une relocalisation des entreprises à la périphérie des grandes villes ou dans des districts industriels, même si les chiffres restent encore modestes ; en effet, le travail payé dans les manufactures ne concerne que 12,3 % des femmes actives. Par ailleurs, le pourcentage de l’emploi non payé, notamment en milieu rural, reste encore élevé, de l’ordre de 43 % en 2007-2008. Cependant, si l’on tient compte uniquement des femmes payées, 67 % des femmes seraient concernées par le travail occasionnel, 26 % par l’auto-emploi et à peine 7 % par un travail régulier.

13-categories-emploi

Même si les femmes indiennes sont de plus en plus nombreuses à travailler, la majorité d’entre elles, à savoir les plus pauvres, travaillent parce qu’elles n’ont jamais eu le choix, pour des salaires nettement inférieurs à ceux des hommes (à l’exception des emplois de la fonction publique). En revanche, les femmes au-delà d’un certain niveau d’études, dès lors qu’elles sont mariées à un conjoint ayant un revenu décent sont moins contraintes à travailler, notamment en milieu rural (S. Desai et al., 2010). Cependant, la majorité d’entre elles subissent une inégalité salariale qui reste forte (fig. 14) : en effet pour 10 Rs gagnées par un homme, les femmes gagnent 5,4 Rs en milieu rural et 6,8 Rs en milieu urbain (IHDS, 2009).

14-revenu-journalier

En milieu rural, les salaires sont versés soit en argent, soit en nature, soit de façon mixte. Le salaire moyen d’un ouvrier agricole est à deux euros par jour (150 Rs/j en 2015-2016) et les hommes gagnent une fois et demie de plus que les femmes malgré leur participation à des travaux agricoles similaires (semis, repiquage, coupage, récolte, désherbage…). Seuls ceux de l’Himachal Pradesh, du Jammu et Cachemire et du Kérala touchent des salaires supérieurs à 150Rs/j. Paradoxalement, dans des États aussi urbanisés et industrialisés que le Maharashtra ou le Tamil Nadu, les conditions de salaires sont les mêmes que dans ceux du Bihar ou du Madhya Pradesh.

En Inde, les discriminations générées par le marché, les contraintes institutionnelles et les conventions sociales persistantes se combinent pour renforcer les inégalités de genre d’où la nécessité de s’attaquer aux facteurs qui cloisonnent les opportunités économiques et enferment les femmes dans le piège d’une faible productivité. Paradoxalement, ces nouveaux espaces de travail localisés dans les zones les plus reculées présentent des nouvelles possibilités de libération, d’autonomie, tout en créant de nouvelles formes de dépendance (rémunération dérisoire, temps de travail abusif, augmentation de la charge de travail…).

Conclusion

Dans le contexte indien, l’identité de genre est certainement un facteur additionnel d’inégalité sociale, mais elle n’agit pas indépendamment de la classe ou de la caste ou du lieu géographique.
Les expériences du Kérala, et, dans une moindre mesure, celles des Etats urbanisés et industrialisés montrent à l’évidence qu’une politique de planification familiale efficace implique non seulement une scolarisation générale des filles et une promotion de la santé, mais aussi un changement des comportements culturels et l’amélioration de la condition féminine en général.

À partir de cette analyse intersectionnelle des inégalités de genre en Inde, on est amené à se dire que la question de la justice est prioritaire dans la réflexion sociale, d’autant que ces débats de la justice pour les femmes ont été entamés, en Inde, dès les années 1950, au moment de la mise en place de la Constitution. En théorie, elle protège tous les Indiens de toute discrimination fondée sur la race, la religion, la caste et le genre (articles 15 et 16) en promouvant une discrimination positive sous forme de quotas dans les assemblées, dans l’éducation et dans le secteur public à l’égard des populations les plus « opprimées ».

Cependant, les inégalités de genre ont été régulièrement laissées de côté, comme l’ont été les désavantages liés au fait d’appartenir à une minorité religieuse particulière (notamment musulmane) lorsqu’elle se révèle incompatible avec la caste. La politique indienne, comme on pouvait s’y attendre, a montré au fur et à mesure du temps que les castes et les groupes apparentés, tels que les OBC (Other Backward Classes), ont tendance à l’emporter sur les identités du sexe ou des minorités, même si ces dernières s’imposent pour ce qui concerne les lois personnelles (Hasan, 2014).

En d’autres termes, les castes et tribus répertoriées et les OBC sont devenues des catégories politiques grâce aux quotas. Certes les femmes ne sont pas une entité homogène, elles sont différentes par la caste, la classe, la religion ou le lieu. Pourtant, c’est également le cas des OBC qui ont su néanmoins dépasser cette hétérogénéité et cette dispersion grâce à la mobilisation politique et aux quotas qui ont été déterminants pour leur succès politique. Cependant, les pesanteurs socio-culturelles semblent limiter toute évolution significative en termes d’égalité de genres, en dépit des nombreuses lois sociales rarement appliquées, notamment dans le Nord. En effet, la représentation des femmes comme épouses et mères, faibles, passives et nécessitant protection, inspire largement les interprétations et décisions judiciaires. Finalement, la famille continue à être construite comme une sphère privée, échappant à l’intervention légitime de la loi (K. Marius, 2016).

Le système légal en Inde doit encore dénouer cette contradiction fondamentale entre les différentes législations progressistes qui ont pour objectif l’autonomie des femmes, et leur traitement concret par le droit personnel et coutumier de leurs communautés.

Compléments bibliographiques

Voir aussi

 

Kamala MARIUS
Géographe, maîtresse de Conférences HDR,
Université Bordeaux Montaigne, 
UMR LAM (CNRS/Sciences Po Bordeaux)
Institut Français de Pondichéry, UMIFRE 21 CNRS/MAEE

Merci à Anne Le Fur pour la réalisation des cartes de ce corpus.

mise en web : Jean-Benoît Bouron


[1] L’intersectionnalité (Crenshaw, 2005) est une démarche tout à fait utile pour la géographie car elle permet d’étendre considérablement le travail de déconstruction sur les pratiques spatiales en intégrant les mécanismes de domination divers, liés au sexe, au genre, à la caste, à la communauté, aux générations. Cette réflexion sur l’intersectionnalité des catégories de genre, race et caste a très largement nourri le champ des postcolonial studies, des diapora studies, des queer studies.

[2] Les brahmanes appartiennent à l’ordre le plus élevé (varna) du système des castes (Marius-Gnanou et al., 28, 2015)

[3] Amartya Sen est sans doute l’un des penseurs indiens qui a proposé l’une des analyses les plus pertinentes sur les inégalités dans le contexte indien en adoptant une approche multidimensionnelle, combinant classe, caste et genre.

[4] Les données sont issues du recensement de 2011, c’est pourquoi dans les documents de cet article l’Andhra Pradesh n’est pas divisé comme c’est le cas depuis 2014 avec la création d’un nouvel État, le Télangana.

[5] Le gouvernement central a mis en place The National Girl Child Protection Scheme, qui attribue des aides aux familles pour la scolarité de leur fille, pour leur mariage, selon leurs revenus.

[6] Guilmoto, Christophe. « La masculinisation des naissances. État des lieux et des connaissances », INED, 2015 (pdf)

[7] LiveMint, 22/10/2015 Par comparaison, la France compte 52 000 écoles primaires publiques et privées. 

[8] Les données pour cet article proviennent essentiellement de Sonalde, Desai et al., Human Development in India, challenges for a society in transition, OUP, 2010. Ce rapport récent est sans doute le mieux documenté sur les questions de développement humain en Inde. Il a été réalisé par des chercheurs de l’Université du Maryland et du NCAER entre décembre 2004 et novembre 2005. L’enquête a été menée auprès de 41 554 ménages (soit 215 000 personnes) dans 33 États.

[9] Réalisée dans six pays (le Brésil, le Chili, la Croatie, l’Inde et le  Rwanda), l’enquête menée par l’International Centre for Research on Women (ICRW) basé aux États-Unis et en Inde, ainsi que l’Instituto Promundo au Brésil, a pris en compte plus de 8 000 hommes et 3 500 femmes entre 18 et 59 ans. La conception des relations hommes-femmes y est étudiée notamment à travers les situations de violences conjugales, sexuelles, ou encore la distribution des tâches au sein de la famille. L’Inde partage le pire bilan avec le Rwanda en termes de violences conjugales et d’inégalités hommes-femmes. Les Indiens sont en tête des inégalités des sexes concernant la répartition des tâches domestiques. http://www.icrw.org/publications/evolving-men

[10] Sahoo, Raju, 2007, Social change, vol 73, n°4 p. 131-152

[11] http://www.oecd.org/fr/eco/Inde%202014%20Synthese.pdf

 

Je ne te dis pas au revoir, Franz Isel -C.P.REGHUNADHAN NAIR

Par défaut

 (Un poème de notre ami C.P. Regunadhan Naïr,  écrit à la suite du décès de son ami )nair

 C.P.REGHUNADHAN NAIR

(Titulaire d’une maîtrise en chimie appliquée de l’Université de Cochin, Inde en 1979 et d’un doctorat en matériaux macromoléculaires de l’Université Louis Pasteur à Strasbourg en 1989 avec une note exceptionnelle. Après avoir travaillé au Centre spatial de l’Inde (ISRO) à partir de 1980 pendant trente ans, à différentes capacités, il a pris sa retraite en tant que Scientiste-H et Sous-Directeur de ISRO en 2016.Il était aussi chercheur invité du CNRS, France en 1993.  Un académicien fort en tant que chercheur, il a publié plus de 185 articles de recherche originaux,4 livres et 20 chapitres de livres, plus de 140 articles de conférence et 30 articles de science populaire et a déposé 25 brevets pour ses inventions. A son palmarès, il faut ajouter le prix national de l’Inde, obtenu sept fois, pour l’excellence en recherche scientifique.

  Actuellement, il est KSCSTE EMERITUS SCIENTIST dans le Département de, Polymer Science et Rubber Technology à l’Université de Cochin, Inde.)

                                                                  ———————-

JE NE TE DIS PAS AU REVOIR, FRANZ ISEL!

C.P. Regunadhan Naïr

Au crépuscule dans la cour, je m’assois,

Regarde le ciel et les oiseaux qui volent

Vers l’horizon rouge en colère.

Pourquoi es-tu parti sans me dire ?

 

Invisible, tu étais mon ami et mon frère.

Ton amitié m’a rendu heureux et fier.

Un vide pas rempli ton départ laisse.

Le mur de mon cœur se casse.

 

Il est temps de laisser aller

Ton esprit comme un oiseau libre ;

On n’est pas d’accord, tu es parti,

Tu vis toujours dans notre esprit.

 

On doit te laisser dormir, il le faut

Au Oberkutzenhausen*, ton lieu de repos.

Nous n’oublierons jamais

Ton visage au sourire enchanteur.

 

Ton départ me fit oiseau sans ailes,

Comme un écureuil sans sa queue ;

Maintenant es-tu dans un meilleur endroit ?

Se verra-t-on chez dieu, un bel endroit ?

 

Même si tu vas me manquer, Franz!

On va te laisser tranquille, en France ;

Tu resteras toujours dans nos cœurs,

Aussi cher qu’un veau pour sa mère !


*Oberkutzenhausen est une petite village alsacienne qui se trouve au nord-est de la France

———————————————-

I DO NOT BID GOOD BYE, FRANZ!

                                                –C.P.REGHUNADHAN NAIR
At dusk in the courtyard I sit
Looking at the sky and the birds quit,
The nests towards the red horizon
The chest grows heavy with thoughts of you
Your departure made me a bird sans wings
you left me a squirrel sans tail swings
Now you find self  in a better place
Shall meet at god, a beautiful place

Implicit, you were my friend and brother
Simplicity your incarnation and embodiment

The vacuum not filled, your departure leaves
A broken heart in this fragile corps

True, it’s time to let you go,
Your spirit  like a bird forgo
We cant agree, you left
you live in our heart heft

We must let you sleep
At Oberkutzenhausen, your dear village
We will cherish until the last breath
Your face, an enchanting smile with

Even if we are gonna miss you, Franz!
We won’t leave you alone in France
Of you, we leave our memories sweet
A bunch of flower of love at your feet

——————————————

 

 

 

Le monde indien : populations et espaces : Les inégalités de genre en Inde-2 -Kamala Marius

Par défaut

 Kamala MARIUS, maitresse de Conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne, UMR LAM (CNRS/Sciences Po Bordeaux), et Institut Français de Pondichéry, UMIFRE 21 CNRS/MAEE

2. Opportunités inégales

 

Les inégalités de statut des femmes se traduisent aussi par des inégalités en termes d’opportunités éducatives, même si les résultats du recensement de 2011 montrent que le taux d’alphabétisation a progressé en Inde puisqu’on est passé de 64,83 % en 2001 à 74,04 % en 2011. En effet, des efforts particuliers ont été accomplis dans le Tamil Nadu, premier État à avoir généralisé le repas gratuit de midi en 1982, puis à avoir adopté une loi sur la scolarisation obligatoire pour lutter contre l’abandon précoce de l’école dans l’enseignement primaire. Entrée en vigueur le 1er avril 2010, la loi sur l’école gratuite et obligatoire (Right of Children to Free and Compulsory Education Act, 2009) légalise enfin, pour la première fois le droit à l’enseignement élémentaire gratuit et obligatoire pour tous les enfants de l’Union indienne de 6 à 14 ans. La distribution de déjeuners à l’école pour 80 % des écoliers ou la distribution gratuite de livres scolaires pour 70 % n’ont fait que renforcer cette politique.

Encart 1 – La loi sur l’école gratuite et obligatoire

icone_plus.gif

Fig. 4 : Évolution du taux d’alphabétisation par âge, par sexe
et par groupe social de 1951 à 2011
graphique alphabétisation hommes femmes par âge et par groupe social

Cependant les inégalités entre les hommes et les femmes en matière d’éducation restent d’actualité. En 2011, 65,5 % des femmes sont alphabétisées contre 82,1 % des hommes, avec un écart homme-femme qui s’est réduit, passant de 21,6 % en 2001 à 16,7 % en 2011. Il faut préciser qu’une forte proportion de personnes alphabétisées n’ont pas suivi de cycle scolaire complet et que le recensement définit comme alphabétisé tout individu qui, selon la déclaration du chef de ménage, sait simplement lire ou écrire dans une langue. Les taux d’analphabétisme sont plus élevés pour les classes d’âges les plus âgées : si 54 % des hommes et 19 % des femmes de plus de 60 ans sont alphabétisés, en revanche, ce sont près de 82 % des garçons et 78 % des filles de 10-14 ans qui le sont aujourd’hui, et 54 % pour les filles de 14-17 ans contre 32 % en 2008 (fig. 4).

Ces moyennes nationales, toutefois, ne reflètent pas réellement les inégalités de genre en fonction de la classe d’âge, de la caste de la communauté, du niveau d’urbanisation et de la région (fig. 5). Les taux d’alphabétisation les plus élevés se retrouvent parmi les métropolitains aisés de hautes castes, tant hindous que chrétiens. De même, les inégalités entre garçons et filles se réduisent au fur et à mesure que le revenu des ménages croît (fig. 5).

Balade de jeunes filles dans les lagunes du Kérala

Balade de jeunes filles dans les backwaters du Kerala en Inde

Cliché : J.-M. Chevalier, septembre 2012

Écolières et écoliers au Rajasthan

Ecolières et écoliers  au Rajasthan

Cliché : A. Pasco, novembre 2010

Si les taux d’abandon scolaires sont plus élevés parmi les filles, ils concernent aussi les dalits, les adivasi et les musulmans, en dépit d’une politique de quotas, et en dépit aussi de l’habitat urbain de nombreux musulmans (fig. 5). Par ailleurs, seuls 8 % des enfants de castes aisées abandonnent l’école contre 26 % pour les musulmans et 31 % pour les dalits-adivasi. Si parmi les hommes en âge de travailler, 16 à 17 % des hautes castes et des minorités (chrétiens, jaïns) ont un diplôme, c’est moins de 4 à 6 % de dalits, adivasi ou musulmans qui sont concernés et 2 % seulement parmi les femmes de ces groupes.

Ce taux d’alphabétisation insuffisant s’explique aussi par des conditions de travail difficiles dans les écoles : le matériel manque, le taux d’absentéisme des instituteurs est élevé, leur formation est médiocre. En conséquence, les systèmes informels se multiplient (cours du soir, cours privés…), révélant les dysfonctionnements du système. De plus, les politiques publiques ont longtemps mis l’accent sur l’éducation universitaire qui concerne essentiellement une élite. Toutefois, entre 2008 et 2013, près de 58 000 écoles publiques et plus de 70 000 écoles privées ont été construites. [7]

Fig. 5 : Abandon de la scolarité selon le niveau d’études par sexe en Inde

tableau jamais scolarisés et abandon d'études hommes et femmes en Inde

Fig. 6 : Taux d’alphabétisation des femmes en Inde par État, 2011

carte taux d'alphabetisation des femmes en Inde par Etat

Les inégalités ont tendance à se cumuler selon les régions, car, même si le gouvernement central finance de grands programmes d’éducation, chaque État possède son budget propre. On observe donc de fortes variations régionales (fig. 6) : le taux d’alphabétisation des femmes est supérieur à 70 % dans les États du Kérala, Tamil Nadu, Maharashtra, Gujarat, Himachal Pradesh, Bengale occidental et les États du Nord-Est. À la traîne sont les États du Jarkhand, de l’Uttar Pradesh, de l’Andhra Pradesh, du Madhya Pradesh, de l’Orissa, du Bihar et du Rajasthan. Ces deux derniers battent d’ailleurs des records d’analphabétisme (53 %) (fig. 7). Cependant, globalement, les écarts hommes-femmes en matière d’éducation ont tendance à se réduire depuis 10 ans.

Fig. 7 : Taux d’alphabétisation : un écart persistant entre hommes et femmes
Cartes écart d'alphabétisation femmes-hommes en Inde et réduction de l'écart

En dépit des progrès en matière d’éducation, les pesanteurs socio-culturelles semblent limiter toute évolution significative en termes d’égalité de genres. Le contrôle de la sexualité féminine ainsi que les injonctions morales et religieuses jouent un rôle déterminant dans leurs pratiques spatiales.

Retour en haut de page

3. Des pratiques spatiales genrées sous contraintes

Si femmes et hommes sont également visibles dans les espaces publics, les normes culturelles limitant la mobilité physique des femmes aux espaces de proximité légitimés par le regard social sont nombreuses. Dans le contexte de la famille indivise ou de la communauté qui impose une certaine promiscuité, un contrôle social s’opère, prévenant ainsi toute dérive potentielle. S’extraire des lieux du quotidien incite à rechercher l’anonymat, voire l’invisibilité. Le purdah (réclusion des femmes musulmanes) ou encore le ghunghat (voile des femmes hindoues couvrant toute la tête), pratique limitée à certains États du Nord (Uttar Pradesh, Haryana, Rajasthan) imposent des pratiques spatiales sous contraintes. Ainsi la présence des femmes dans l’espace public est souvent motivée pour des raisons plus familiales ou collectives (marché, école, aire de jeux avec les enfants, lieu de travail, lieu religieux, cérémonies…) que de loisirs (parc, café, salon de beauté…). Certes, une optimisation de l’utilisation de l’espace public s’opère grâce à une certaine invisibilité : les parcs, les cinémas, les cafétérias et les centres commerciaux, très présents dans les villes, permettent d’une certaine manière aux femmes voilées de transgresser les normes et de partager ces espaces avec les hommes, mais dans une certaine limite. En effet, certains espaces restent strictement masculins : fast food de rue, bars, magasins d’alcool.

Un dimanche au bord de la mer au Kérala

Un dimanche au bord de la mer au Kérala

Cliché : A. Pasco, mars 2013

Retour des travailleuses dans les lagunes du Kérala

Retour des travailleuses dans les backwaters au Kérala

Cliché : K. Marius, mars 2013

Cependant ces mobilités sont constamment négociées au prix de manipulations et de résistances conscientes : l’enquête de l’IHDS (Indian human development Survey, 2010) [8] montre que bon nombre de femmes, soit 73 % d’entre elles, sont obligées de demander la permission de se déplacer notamment à leur mari, ne serait-ce que pour aller au centre médical, et cette permission est refusée à 34 % d’entre elles (fig. 8).

Fig. 8 : Autonomisation des femmes : contrôle des ressources et liberté de déplacement

tableau autonomie des femmes par age, revenu, diplome

Fig. 9 : Une autonomisation des femmes très inégale entre les États

Carte autonomie des femmes en Inde par Etat

L’éducation, l’âge et le fait d’habiter une métropole semblent freiner l’interdiction d’aller au centre de santé, notamment dans les régions du Nord. L’exacerbation des inégalités d’accès à l’espace public est plus forte dans les régions du Nord où prédominent les pratiques de la burquah et du ghunghat (Uttar Pradesh, Bihar, Madhya Pradesh, Rajasthan, Chattisgard, Jharkand) (fig. 9). En revanche, les femmes des États les plus urbanisés sont moins concernées par l’interdiction de se déplacer vers un centre de santé (Kérala, Tamil Nadu, Maharashtra, Gujarat). Le fait d’avoir leur nom sur les papiers officiels est un autre indicateur d’autonomie des femmes, et c’est le cas notamment dans les États les plus industrialisés (Gujarat, Karnataka).

Par ailleurs, le système de la famille indivise ou élargie impose un rôle de femme soumise et par conséquent plus vulnérable à la violence. Plusieurs études (Jejeebhoy, 1998) ont démontré que les femmes vivant sous la domination de leur belle-mère étaient plus enclines à admettre que les femmes puissent être battues que celles qui ne vivaient pas dans ces conditions. Il est sans doute difficile de généraliser ce point de vue dès lors qu’une belle-mère tenant à la bonne réputation de sa famille essaiera ainsi de jouer un « rôle tampon » lors des conflits entre son fils et sa belle-fille.

(A suivre)

Le monde indien : populations et espaces – Kamala MARIUS

Par défaut

Auteur(s) : Kamala MARIUS, maitresse de Conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne, UMR LAM (CNRS/Sciences Po Bordeaux), et Institut Français de Pondichéry, UMIFRE 21 CNRS/MAEE

En Inde, en dépit d’une croissance économique rapide et des progrès observés en matière d’éducation et de santé, les inégalités socio-spatiales persistent. D’énormes efforts restent à faire notamment en matière d’égalité de genre, comme le montre le sex ratio de 940 femmes pour 1000 hommes, les salaires inférieurs, ou encore la violence des rapports de genre. Il appartiendra donc à la géographie d’étudier les différenciations internes au prisme du genre.

Si la croissance économique rapide de l’Inde depuis les années 2000 est souvent citée en exemple à juste titre, la portée sociétale de ce progrès économique a été très limitée. L’Inde est distanciée par tous les autres pays d’Asie du Sud à l’exception du Pakistan, selon de nombreux indicateurs sociaux (baisse du taux de fécondité, alphabétisation, taux de participation des femmes à la vie active espérance de vie, accès aux soins de santé…), alors qu’elle obtient des résultats meilleurs en termes de croissance du revenu par habitant. C’est le signe d’un « vice dans la voie du développement » (Sen, 2014).

4-2012-09-30-11-18

En dépit d’une constitution égalitaire qui protège en théorie tous les Indiens de toute discrimination fondée sur la race, la religion, la caste et le genre (articles 15 et 16), la fonction particulière et unique du système des castes et son emprise, toujours aussi prégnante sur la société moderne, renforce les inégalités à tous les niveaux.

La question est de savoir si l’on doit considérer ces différentes sources d’inégalités comme s’additionnant ou s’il faut les appréhender conjointement en explicitant leurs profondes interdépendances. Cela fait écho au concept d’intersectionnalité [1] qui apparaît comme un outil d’analyse pertinent pour repenser la simultanéité des inégalités et des oppressions liées à la caste, la classe, l’identité, l’orientation sexuelle, la religion, le lieu géographique. L’identité de genre est certainement un facteur additionnel d’inégalité sociale, mais elle n’agit pas indépendamment de la classe ou de la caste. Comme dit Sen (2007, 233), « c’est bel et bien l’interaction de deux types de privations – le fait d’appartenir à la fois à une classe inférieure et au genre féminin – qui condamne massivement les femmes issues des classes les moins privilégiées à la pauvreté. »

12-img_6112

Cependant, la caste a plutôt l’avantage sur le genre : le statut d’une femme brahmane [2] est plus enviable que celui d’un homme de caste inférieure. D’ailleurs en dépit des barrières liées à l’identité de genre, l’implication des femmes appartenant aux classes favorisées, tant dans la lutte contre le Raj britannique que pour l’Indépendance et leur participation à des hautes fonctions politiques attestent de cet avantage de caste. Indira Gandhi qui a gouverné l’Inde pendant plusieurs années (1966-1977 et 1980-1984) en est un exemple. Du statut de fille non désirée à celui de Première Ministre ou de Présidente de la République, comment la femme indienne fait-elle face aux inégalités de genre en Inde ?

On verra, outre la diversité des facteurs qui contribuent à l’inégalité, les différentes formes qu’elle prend : ségrégations spatiales, violences ou privations au sens de Sen (2005) : pauvreté économique, analphabétisme, absence de soins de santé. Certaines formes de violences intimes liées au corps (homicides pour dot, viol, infanticide des filles, violence des rapports de genre…) ont été depuis longtemps des formes visibles de discrimination largement étudiées (Kapadia, 2002). En revanche les formes subtiles d’inégalités de genre liés à l’espace ont fait l’objet de peu de travaux de recherche. Ce n’est que très récemment que des chercheur(e)s ont produit des travaux innovants avec l’hypothèse que les « places et les espaces étaient genrés » (Chasles, 2008 ; Desai, 2007 ; Ranadive, 2002).

On traitera de « l’étendue des variations inhérentes aux divers visages de l’inégalité des genres »,  en les classant sous différentes rubriques comme le fait d’une certaine manière Sen (2007,251) [3] , en y intégrant la dimension spatiale (Marius, 2016).

1. Une géographie de la discrimination

En Asie et plus particulièrement en Inde et en Chine, l’inégalité de genre prend la forme extrême de taux de mortalité féminins anormalement élevés et d’une surmasculinisation des naissances consécutives. Selon C. Guilmoto (2010), qui est sans doute le démographe qui a le mieux spatialisé et analysé les discriminations de genre en Asie, les estimations pour 2010 de la population de la Chine et de l’Inde font apparaître un surplus apparent de 91 millions d’hommes. Or, si ces deux pays avaient la même proportion d’hommes et de femmes que le reste de la planète, on devrait au contraire y dénombrer un excédent de 20 millions de femmes. Cette béance démographique entre les chiffres attendus et les valeurs observées a été relevée il y a déjà plus de vingt ans par l’économiste indien Amartya Sen qui a mis en évidence les millions de femmes manquantes « missing women » de Chine et d’Inde. Cette catastrophe démographique est due non seulement à un système de normes et de valeurs qui perdurent depuis des millénaires, mais aussi à une politique de planning familial particulière.

En dépit de mariages précoces liés à la pression sociale, une solide régulation des rapports sexuels au sein du couple a permis de limiter leur fécondité : abstinence post-partum, fin de la vie sexuelle dès que les femmes deviennent grand-mères, c’est-à-dire avant 40 ans. Par ailleurs, dans un contexte de grave crise alimentaire et sous l’influence des associations civiles et des institutions internationales malthusiennes (Fonds des Nations Unies pour la population, USAID, Organisation Mondiale de la Santé…), luttant contre « la bombe population », un vaste programme de planification familiale intégrant la libéralisation de l’avortement (Medical termination Act, 1971) ainsi que l’incitation à la vasectomie pour les hommes a été mise en place. Des excès en matière de stérilisation furent commis pendant l’état d’urgence imposé par Indira Gandhi en 1975-77 : le chiffre annuel de stérilisations passa de 2,7 millions en 1975-76 à 8,3 millions l’année suivante, dont 6 millions de vasectomies (Guilmoto, Kulkarni, 2010, 41). Suite à ces excès de la planification familiale, le parti du Congrès perdit les élections de 1977 et on assista à un déclin rapide des stérilisations masculines et une augmentation des stérilisations féminines.

La planification familiale aurait permis d’éviter, de 1956 à 2000, plus de 250 millions de naissances dont plus des deux tiers grâce aux stérilisations (Guilmoto, Kulkarni, 2010, 68). L’un des effets pervers des politiques de planning familial a été de renforcer ces pratiques d’élimination des filles. Il y avait 972 femmes pour 1000 hommes en 1911, 933 aujourd’hui, soit le sex ratio le plus défavorable du monde pour le sexe féminin après la Chine (117 naissances masculines pour 100 naissances féminines). Sur les 1 210 milliards d’habitants recensés en 2011, il manquerait donc 38 millions de femmes pour obtenir un nombre égal d’hommes et de femmes (624 millions d’hommes contre 586 millions de femmes) (fig.1). De nombreuses femmes préfèrent avorter jusqu’à l’arrivée d’un héritier mâle grâce aux techniques médicales qui facilitent l’élimination des filles. Durant les deux dernières décennies, marquées par la diffusion de la pratique des avortements sexo-sélectifs, l’augmentation des naissances masculines a été particulièrement rapide, puisque le sex ratio juvénile est passé de 945 en 1991 à 914 en 2011. [4]

1-sex-ratio-evolution

En milieu rural, l’héritage patrilinéaire de la terre favoriserait un sex ratio asymétrique comme le montrent Perianayagam Arokiasamy et Srinivas Goli (2012). À partir des données du National Family Health Survey (2005-2006), les auteurs de l’étude démontrent que plus la possession de la terre est importante, moins les femmes sont autonomes, en termes de mobilités, prise de décision, travail rémunéré… et plus le sex ratio en faveur des garçons (0-6 ans) est élevé. Si le sex ratio des enfants est de 107 garçons pour 100 filles pour les ménages possédant moins d’un acre de terre (0,4 ha), il est de 128 garçons pour 100 filles pour les ménages de plus de 10 acres (4 ha). Dans le cas de l’Andhra Pradesh, il peut atteindre 170 garçons pour 100 filles pour les ménages possédant plus de 4 ha. En revanche au Kérala, au Madya Pradesh ou au Bengale occidental de structure sociale plutôt matrilinéaire, on n’observe pas de relation entre la taille des exploitations et le sex ratio.

Certains y ont vu aussi la prégnance des structures communautaires patrilinéaires tant chez les hindous que chez les musulmans mettant en avant « l’honneur » (izzat) dans le cadre de khap panchayat (conseils masculins de villages traditionnels illégaux depuis la décentralisation). En effet, on a pu observer une surmasculinisation chez les hindous et les sikhs jats (castes dominantes) du Penjab et de l’Haryana ou encore dans les milieux conservateurs hindous et musulmans du Gujarat et du Rajasthan qui pratiquent les crimes d’honneur et l’infanticide. « Ces bastions de la prédominance masculine, de l’idéologie aristocratique ou brahmanique de haute caste et de la modernité (en tant que système de représentation) sont éminemment propices à la chasse aux femmes » (Heuzé, 2014, 277). D’ailleurs, le découpage régional fait apparaître des différences importantes entre les États du Nord-Ouest (Jammu et Cachemire, Pendjab, Haryana, Rajasthan, Gujarat) et les régions du Sud ou de l’Est moins concernées par ce déséquilibre du sex ratio (fig. 2).

carte-sex-ratio-inde

Cependant les communautés a priori les moins disposées à la sélection sexuelle, comme les chrétiens, les musulmans ou les dalits (hors-caste), manifestent en Inde du Nord-Ouest des niveaux de déséquilibre du sex ratio supérieurs à ceux dont ils témoignent partout ailleurs en Inde. L’effet de lieu semble donc jouer un rôle tout aussi important que les caractéristiques sociales ou culturelles spécifiques à chaque groupe (Guilmoto, 2010). En effet, la sélection sexuelle a pris pied initialement dans les zones historiques de forte discrimination envers les filles, notamment dans les régions occidentales s’étendant du Gujarat au Pendjab où l’infanticide féminin, combattu par les autorités coloniales, était le plus fréquent. Mais la discrimination a visiblement essaimé de proche en proche autour de ces foyers pour conquérir de nouveaux espaces et recouvrir une part importante du territoire national comme on le voit sur les cartes (fig. 3). Finalement la proximité spatiale a joué dans la propagation des comportements et des normes (Manier, 2015).

Ainsi, au-delà des déterminants sociaux et économiques, les déterminants géographiques étudiés par Guilmoto (2004, 2006, 2008, 2010) permettent de mieux comprendre les mécanismes de discrimination.

On commence à mesurer les effets néfastes de ces perturbations démographiques parmi les jeunes adultes qui sont à l’âge du mariage, les premiers à souffrir du déficit féminin dans les générations récentes : cela remet en cause non seulement le système de reproduction patrilinéaire, mais aussi l’idéologie genrée de cette société traditionnelle. En effet, les femmes se retrouvent dans une position leur permettant de négocier leur dot à la baisse, voire de se marier en dehors de leur caste (Kaur, 2014). On assiste ainsi à des mariages inter-castes autorisés par les khap panchayat, ce qui était impensable il y a encore quelques années, notamment chez les jats. Par ailleurs, le processus de nucléarisation familiale couplée à une économie mondialisée favorisant l’emploi des femmes et d’une certaine manière leur autonomie peut bouleverser ce système patriarcal et pourrait rendre obsolète cette préférence pour les garçons. Pour un retour à un sex ratio équilibré, il est tout aussi nécessaire de distribuer des bourses et différents appuis financiers uniquement aux filles [5] , et de mettre en place des campagnes de lutte contre la discrimination. On peut penser comme Guilmoto (2015) [6] que le sex ratio atteindra un plafond avec un décalage dans le temps selon les États, avant de diminuer, comme cela a été observé à Taïwan ou en Corée du Sud grâce à un accès généralisé des femmes à l’emploi. En effet, la carte (fig. 2) montre que les États du Nord-Ouest  (Punjab, Himachal Pradesh, Haryana) où ce phénomène s’observe, ont des sex ratios qui remontent en faveur des filles, alors que des États de l’Est et l’Andhra Pradesh sont sur la pente descendante.

carte-sex-ration-enfants-inde

à suivre……………..

 

 

Un moine pas comme les autres

Par défaut

 

Ça s’est passé au Sri Lanka, à Batticola, récemment dans une avenue très fréquentée. Un moine bouddhiste, entourés par des officiers de police, pourtant considéré comme un pacifiste et on espère qu’il ne puisse émettre que des incantations pour la paix tout le temps, menace un officier de village, tamoul devant le public, Ce qui importe, c’est que cet incident s’est produit et il serait honteux que si le monde du Bouddhisme n’en prend pas note.

 » Eh toi, crie-t-il, t’es un membre du groupe militant des tigres, j’en suis certain ! À quel point ta présence m’énerve, tu sais. Tu es un officier tamoul et tu ne cesses de déposer des plaintes contre ma communauté cinghalaise. Arrête-les immédiatement et occupe-toi des problèmes de Sribatha et Vilbathu. Si tu exclus un seul cinghalais de son terrain je te tuerai ! La cour des Tamouls connaîtra le même destin que la cour des militants des tigres. Il y a quelque temps, les militants ont tué les Cinghalais et aujourd’hui qu’ils les attaquent, voilà la différence. Attention ! Si tes gens se conduisent dans cette façon, c’est la fin de leur vie, dis-leur. Heureusement, la présence d’un officier de police a sauvé ta peau, sinon tu ne peux pas partir comme ça ! Eh Tamoul paria ! Tu te rappelles bien que, ce terrain n’appartient ni à ton père ni à ta mère. C’est mon dernier avertissement ! (Il se retourne vers l’officier de police) Quelques coups me suffisent de le tuer ».

D’un côté un homme d’État mais Tamoul qui est resté muet ; de l’autre côté un homme religieux mais Cingalais. Entre les deux, qui est le vrai moine, c’est à vous de juger !

Adichanallur : Un témoinage du passé glorieux des Tamouls -Gérard JOSEPH.

Par défaut

 

Adichanallur se trouve sur la rive droite de Tamarabrani dans le district de Thoothukudi à l’extrême sud du pays tamoul. Korkai,l’ancienne capitale de la dynastie des Pandyas est à 15 km de Adichanallur.On parlait beaucoup de ce petit village dans les journaux régionaux ( j’insiste le mot »régionaux ») en 2005. Grâce aux fouilles dirigées par Archeolgoical Survey of India (ASI) entre 2003 – 2005, Adichanallur devient peu à peu populaire jusqu’ alors inconnue même chez les Tamouls. Ce site archéologique date de l’âge du fer.Cette découverte fascinante a révélé un témoignage retentissant du passé glorieux et avancé des Tamouls.

Dr.Jagor,un éthnologue et explorateur allemand était le premier à découvrir cette nécropole. Il avait mené les fouilles au hasard et avait deterré des urnes funéraires en terre cuite (mudoumakkal thazhi en tamoul) Ces urnes sont de toutes tailles et toutes formes. Également, s’y trouvaient des armes et des outils en fer,principalement des couteaux,des dagues,des haches etc. En grande quantité, on signalait la présence des ossements et des squelettes. La plupart des objets découverts avaient été emportées par Jagor et disposées au musée de Berlin.( A voir et vérifier par les Tamouls à Berlin).

Ensuite,venait le tour d’un officier britannique de ASI, Alexander Rea. Il commençait ses fouilles en 1889 s’étendant jusqu’au 1905. Hormis d’innombrables belles poteries, il répertoriait également des armes et des outils en fer,des ustensiles et objets personnels en bronze,des outils ménagers en pierre, des colliers,des ornements en or, etc. Au dedans des urnes se révélaient des traces vestimentaires,des balles de riz et millet. Des lampadaires,des flèches,des lances,des épées, des figurines des animaux,etc s’ajoutent à la longue liste des fouilles comptant environ 2000.

Louis Lapicque, un Français, s’est également lancé dans cette aventure en 1904.

En 2004, des jeunes indiens dynamiques sous la direction ambitieuse de

M. T.Sathyamurthy ont entamé leurs fouilles. Presqu’un centenaire s’est écoulé entre les deux fouilles. Ces travaux s’avéraient plus fructueux que les recherches précédentes. A la surprise de tout le monde, ils ont découvert une nécrople qui s’étendait sur une quarantaine d’hectares. Sur 157 urnes funéraires, 57 en étaient intactes. Des squelettes entiers en position accroupie ont été signalés dans les 15 autres. Ce cimetière était planifié à trois niveaux : l’enterrement ancien succédait au plus récent et pour l’enterrement futur, l’espace vide avait été prévu. En grand nombre, on trouvait des mêmes objets que les deux dernières fois. Il y avait,également, une inscription de Tamil-Brahmi. Certains érudits refusent d’y voir une écriture. Donc, le déchiffrement reste contestable. Contrairement à l’usage, l’inscription se trouvait à l’intérieur d’une urne. La datation de ces découvertes peut se ranger entre 800-500 an av.JC.

Autrement,on pouvait citer aussi d’autres découvertes importantes et surtout ces poteries aux motifs géometriques qui ,selon les archéologues désignent les marques des clans. Il y avait dès fois des empreintes digitales. On pourrait dénombrer aussi une urne couverte par une deuxième. Ce qu’on appelle twin-pot system. C’était une question d’hygiène, il semblait.

Et pour couronner le tout, venait une découverte extraordinaire. Ce sont des motifs bien appliqués dedans une urne où il y avait des ossements. Parmi ces motifs, nous distinguons bien au centre,une grande femme fine à la poitrine saillante et vêtue jusqu’au genoux. Ses mains étant tout près de son corps,ses paumes y sont éloignées. Les archéologues sont unanimes que la femme représentait la Mère-déesse. Cette représentation indique le culte de la fertilité. A côté d’elle,on peut noter une gerbe de riz et sur sa tige se posait une grue. On énumère aussi un cerf et un crocodile. Afin de donner un effet dentelé à chaque motif, un petit fil fin avait été utilisé. En général, ce genre de motifs repère-t-on sur les peintures rupestres et non sur la poterie.

Depuis la découverte de cette nécropole, un mystère intriguait les archéologues. Où habitait-elle cette population qui ensevlissait ces morts ? Où avaient-ils fabriqué les perles d’une extrême perfection ?Les fouilles entamées par ASI en 2005 ont élucidé cette question. Un site d’habitation est trouvé à 500 m de la nécropole. Il y avait des vestiges d’un rempart,3 fours à poteries avec du charbon,des cendres et des morceaux de pots. Apparemment,la population était très engagée en activités industrielles. Les archéologues suggèrent que c’était une civilisation de nature urbaine.

Y a-t-il un rapport entre Adichanallur,Harappa et Mohenjadaro? On ne pourrait pas y établir un lien, faute de preuves solides. Personne ne sait quelle langue parlait-on à la civilisation de l’Indus. Le déchiffrement du script de l’Indus défie les épigraphistes depuis plus d’un siècle. Pour déchiffrer n’importe quelle écriture,trois critères sont indispensables : primo, la langue du peuple à ce temps-là ; secundo,les textes bilingues et tertio, les textes devraient être longs. L’écriture indusienne ne répond à nul de ces critères. Alors que la langue de Adichanallur est plus ou moins confirmée comme tamoul,tenant compte de la proximité géographique. La litérature tamoule de l’âge sangam décrit les us et coutumes identiques à Adichanallur ainsi se rapprochant de la langue tamoule. Le script ressemble beaucoup à Tamil-brahmi, selon Iravatham Mahadevan,un expert incontestable et autoritaire dans ce domaine.

Or, en 2006, un instituteur local aux environs de Mayiladuthurai, est tombé sur un objet précieux. Il s’agit d’une hache néolithique (1500 av.JC)en pierre sur laquelle se trouvait une inscription. Elle ressemblait beaucoup à celle de l’Indus. Aussi,en 2008,d’autres fouilles dévoilent les ressemblances avec l’écriture de l’Indus.

Le débat acharné s’enflamme entre les partisans des langues pro-dravidiennes du sud et pro-aryennes du nord. Assumons que l’écriture est dravidienne,on pourrait néanmoins affirmer et sans équivoque qu’il y avait eu des échanges culturels entre les deux peuples de deux extrémités. Ce qui manque cruellement sur ce fait, est qu’une recherche nette et indépendante est impossible. Aucune recherche à ce sujet n’est impartial. Souvent on dramatise ou dédramatise! Il y a beaucoup de subjectivités que d’objectivités. Souvent les Indiens du nord n’admettaient pas la primauté civilisationnelle du sud . Ils rejettent en bloc les opinions venant du sud. Pourtant

60 % des trouvailles archéologiques viennent du pays tamoul mais les excavations entreprises au sud de l’Inde sont beaucoup moins nombreuses que celles du nord.. Au cas où il y aurait d’autres fouilles en l’avenir, on pourrait s’attendre à des grandes surprises.

Revenons au début de l’article! J’ai mis l’accent sur le mot « régionaux »,vous rappelez-vous?. Voilà pourquoi! Aucuns journaux nationaux, excepté « The Hindu »ont détaillé sur ces découvertes dramatiques. Soit ils ont complètement ignoré ou on l’a traité en fait divers. Même les régions voisines de Tamil Nadu traitaient ces informations avec indifférence. Or, c’est un fait historique bien établi.

Si vous êtes interessés à savoir davantage, vous êtes priés de consulter d’innombrables articles et des débats sur le web dont la plupart sont en anglais ou tamoul. Vous pourriez consulter Tamil-brahmi, Asokan brahmi, Adichanallur, civilisation de l’indus,Iravatham Mahadevan, Asko Parpalo, S.R.Rao,Archeological survey of India, etc.

Un musée est en voie de construction à Adichanallur dans le but d’exhiber les fouilles qu’on y a trouvées. Mais les travaux sont arrêtés abruptement pour une raison quelconque souvent bidon. Quand est-ce que ce musée verra son jour? Ce rêve s’accomplira ou s’enfouira comme ces vestiges fabuleux de nos ancêtres?

Seul le Temps répondra…

Gérard JOSEPH.

Remerciements: Le Trait d’Union,Pondichéry.